Contes et légendes berbères. Spectacle musical et chorégraphique

Spectacle de contes où se décline l'art de la parole rimée, le slam, la chanson, la poésie. A cette verve du verbe se marrient la danse, le chant et la musiquue.


Dans ces contes et légendes berbères, les femmes rivalisent en élégance avec des juments par leurs danses, mettent en défaut les savants, récitent des poèmes qui chantent le désert et l’imzad, le violon à une corde, qui ne peut vibrer dans les cours d’amour que sous les doigts des musiciennes touarègues. Elles se fiancent aussi avec Anzar, l’ancien dieu de la pluie pour appeler sur la terre l’eau féconde et tresser des arcs en ciels. Elles tissent ainsi, inlassablement, des récits où chants, poésies, émotions, rires et danses se mêlent pour célébrer la vie et l’amour. Une conteuse inspirée magnifiquement accompagnée par une danseuse à la voix cristalline et un virtuose du violon et du oud qui joue pour les plus grands chanteurs kabyles. La musique, typiquement berbère, nous fait voyager dans un monde méconnu et envoûtant, du blues touareg aux rythmes gnaouas.

Sur scène :
Malika Halbaoui : Textes, contes, slam, poésies
Fasia Kati : Musiques, Chant, percussions et Danse
Mokrane Adlani : Musiques, violon, oud electro-acoustique, percussions
Pascal Fauliot : directeur artistique

Durée et publics :
Version tout public > 1h15 : à vivre en famille à partir de 7 ans.

Une légende touarègue- Extrait-

Depuis combien de temps étaient-ils en duel
Ces deux  guerriers Touaregs  l'épée à la main ?
De nuit comme de jour, en lutte perpétuelle
L’entrechoc des armes se répandant au loin.

Leurs cris retentissants éloignent la gazelle
Les dunes tremblent de l’éclat de leur voix
Les oiseaux pour nicher montent haut vers le ciel
La poussière du sable fuit  au bruit de leur pas.

Ils se battent, pour un puits convoité de longue date
La source du conflit, jamais ne se tarie
Leurs lèvres sont écumantes, et leurs fronts moites
Ils se nourrissent seulement de l’ardeur du défi

Non loin de l’aire de cette longue bataille
Des femmes plus belles qu’une troupe de faons
Des bijoux cliquetant sont pendus à leur taille
Leur peau noire est bleutée, leur regard rayonnant !"

Extrait de presse sur l’avant-première
« Malika Halbaoui excelle dans l’art de conter et de donner vie à tous ces personnages. Tout y est : une voix ensorcelante, une intonation juste, une gestuelle des mains et du corps savamment maîtrisée... L’alchimie fonctionne une fois encore, preuve s’il en fallait, que ce trio fait indéniablement partie des acteurs à suivre dans le domaine du conte en France à l’heure actuelle. »
Cristina Marino – critique au journal LE MONDE

> Aussi disponible avec la même équipe : " L’Oiseau Bulbul et autres contes des Mille et Une Nuits "

 

×